MAFfe edities, nieuwtjes, verslagen, ...

Une lettre de Ester Nadal #residence

 

« Les États tombent, les rivières et les montagnes demeurent; le nouveau printemps recouvre d’herbe le château  « 
DU FU (712-770)

Le Bide et le Vide, deux sentiments aussi inconfortables que présents.

En novembre 2019, j’ai assisté à des journées de présentation de spectacles au WIPCOOP – Work In Progress Coopération – à Bruxelles, organisé par Mestizo Arts Platform (MAP). Nous avons fait la rencontre entre plusieurs femmes de différentes villes: Berlin, Londres, Bruxelles,… pour chercher des ponts et créer des liens pour l’échange de divers projets.
Lors des présentations des spectacles, j’ai été frappé par le projet de deux sœurs jumelles – Nathalie et Doris Bokongo, formant le collectif Les Mybalés – vivant à Bruxelles d’origine Congolaise. Je les ai immédiatement associées à deux sœurs jumelles et artistes Catalanes d’origine de Ghana. J’étais curieuse: quelles similitudes, quels points de contact et quelles différences ces quatre femmes pouvaient avoir entre elles. Après un début qui semblait nous conduire à un projet de recherche intéressant, les sœurs Catalanes ont abandonné le projet dans un silence qui nous a laissés, au moins moi, très confuses. Et grâce à l’attitude accueillante et enrichissante de Tine de MAP, nous avons fait de ce sentiment de vide, et je pourrais aussi dire d’échec, un élément de réflexion pour transformer le sentiment et l’expérience en matière fertile.

Nous avons commencé une recherche artistique avec Nathalie, Doris, Tine et moi. A distance par zoom (novembre 2020 – février 2021), après à Anvers (14-21 mars) et nous continuerons à Barcelone en mai …

L’échec comme point de départ nous conduit à l’idée du clown, mais du clown comme attitude face aux événements avec perplexité et regard aux yeux écarquillés, manque de mots pour une bouche entrouverte, et cette tristesse qui réveille un sourire complice plein de compassion.

L’autre sentiment que nous avons eu était le sentiment de vide quand on vous laisse tomber, quand on vous arrache quelque chose; le vide après la perte. Ce sentiment qui a habité tant de gens en cette période d’incertitude pendant la pandémie et l’enfermement où toute l’humanité a revu ses valeurs et ses modes de fonctionnement, sans trouver beaucoup de réponses ou d’explications pour le remplacer.

C’est depuis l’enfance, l’enfance elle-même, que nous voulons enquêter, d’un regard naïf, sur le sentiment de bide et de vide. Pas d’un point de vue psychologique, bien sûr, mais plutôt en utilisant un regard intérieur sur nos souvenirs d’enfance comme le Voyage de Bashô, ou le chemin que Jacques Lecoq nous propose pour trouver le Clown lui-même.

Ester Nadal