première MONSTRARE ET/OU MONERE Milø Slayers

Un dos courbé, parlant sans bouche. Des bras qui suivent leur propre chemin. Des jambes qui se balancent d’elles-mêmes. Jusqu’à ce que, au bas du dos, une bouche dépasse le pantalon. Est-ce que toutes ces parties du corps vont ensemble ? Et où est la tête ? De l’obscurité, seule une voix résonne enfin, comme une éruption tonnante venue des profondeurs.

Monstrare et/ou Monere , le premier solo de Milø Slayers, explore la frontière entre l’homme et le monstre. Non comme à Hollywood, mais à partir d’une conscience plus profonde qui veut s’extraire des catégories fixes. Une identité peut-elle devenir quelque chose de fluide ? Où le corps normal (normatif) se transforme-t-il en un corps considéré comme déformé ? Un triptyque vivant sur la monstruosité comme possibilité.

Milø Slayers fait partie de la compagnie de danse Slayers depuis 2013 et étudie  » l’art et la chorégraphie  » à l’ISAC à Bruxelles jusqu’en 2020. Lors de la WIPCOOP 2019, Milø Slayers a présenté cette création en tant que Work In Progress, après quoi il a trouvé le soutien nécessaire pour continuer. Dans Monstrare et/ou Monere, sa formation chorégraphique en hip-hop fusionne avec les structures de la danse contemporaine abstraite, sous un jeu de lumière qui déforme constamment les relations humaines familières.L’argent et la danse contemporaine et le carnaval comme élément de liaison.